Generic selectors
Exact matches only
Search in title
Search in content

Lydia : de startup à licorne. Et au-delà.

“Licorne (n.f.) : animal fabuleux”, selon le Larousse. Et plus concrètement, dans notre cas, “Start-up non cotée en Bourse dont la valorisation, basée sur un potentiel de croissance très important, dépasse le milliard de dollars. » Ce que le Larousse ne dit pas, par contre, c’est qu’il y en a moins de 1 000 dans le monde et que faire partie de ce cercle très fermé est pour beaucoup une consécration. Pour Lydia, c’est une nouvelle étape franchie dans la poursuite de ses ambitions.

Vous en avez peut-être entendu parler dans la presse : Lydia vient de réaliser une nouvelle levée de fonds de plus de 100 millions de dollars et accède par la même occasion au statut de licorne. On ne va pas le cacher : chez Lydia, nous sommes extrêmement fiers de cette distinction. Une app gratuite d’échange d’argent entre particuliers qui, en l’espace de 10 ans, voit sa valorisation passer à plus d’1 milliard de dollars, ça n’arrive pas tous les jours, surtout en France. Tout n’aura pas été rose, nous ne sommes pas arrivés au bout du chemin, loin de là, mais nous l’avons fait.

Des investisseurs de renom qui nous font confiance

Avec cette histoire de levée de fonds et de licorne, c’est d’abord la confiance de nos investisseurs que nous voulons saluer. Après un précédent tour de table de 112 millions d’euros en 2020, nos soutiens financiers historiques que sont Accel, Founders Future et Tencent, pour ne citer qu’eux, continuent de croire dans notre projet et nos équipes en investissant massivement un an seulement après leur dernière participation.

De plus, cette année, deux nouveaux fonds d’investissement américains, Dragoneer et Echo Street, se joignent à l’aventure en investissant pour la première fois dans Lydia. Leur particularité (et le motif de notre fierté) ? Ce sont deux hedge funds, des fonds qui investissent habituellement dans des entreprises côtées en Bourse, et qui misent pour la première fois sur une startup, française de surcroît. Le signal est fort et démontre la confiance qu’ils placent dans le potentiel de croissance de Lydia.

Recruter pour continuer à innover

Mais passée l’euphorie du moment, il est déjà temps pour nous de regarder vers l’avenir et de continuer à tracer, humblement, le chemin initié il y a 10 ans et qui nous a menés là où nous sommes aujourd’hui. Lydia a déjà un nom qui est entré dans le langage courant avec l’expression « Je te fais un Lydia », une offre qui séduit plus de 5 millions d’utilisateurs, des investisseurs de renommée internationale… La prochaine étape est désormais clairement définie : devenir le compte principal de 10 millions d’Européens à l’horizon 2025.

La question des fonds étant réglée, c’est donc à un recrutement massif que nous allons nous atteler dans un premier temps. Même avec une récente levée de fonds de 100 millions de dollars, nous n’arriverons à rien sans de nouveaux talents. C’est pour cette raison que nous allons doubler nos effectifs rien que sur l’année 2022 en recrutant dans un premier temps des conseillers et des ingénieurs qui partageront comme point commun l’audace, le goût du service et la volonté de bâtir quelque chose qui restera. 

Pour accueillir ces futurs collaborateurs, nous ouvrirons ainsi de nouveaux bureaux à Lyon, Bordeaux et Nantes, en plus de nos locaux à Paris, Lisbonne et Madrid. Et ce n’est qu’une première étape.

Redéfinir les standards de la banque

Car cette nouvelle levée de fonds va surtout nous permettre de continuer à innover à la même vitesse. Pour redéfinir, en toute indépendance, les standards bancaires comme nous l’avons déjà fait avec les paiements, les crédits, l’épargne et plus récemment avec notre nouveau service de trading : l’investissement pour tous, dès 1 €, dans des centaines d’actifs (des cryptomonnaies, des entreprises américaines et européennes, des ETF, des métaux précieux) via une super-app de services financiers. 

Un service que nous avons décidé de proposer car il s’inscrivait dans la droite ligne de ce qui nous anime depuis maintenant 10 ans : démocratiser la gestion de l’argent pour la rendre toujours plus rapide, plus accessible, plus intuitive. Ce que nous voulons faire avec Lydia et l’argent, c’est ce qu’ont fait des entreprises comme Uber avec la mobilité, Spotify avec la musique ou Airbnb avec l’hébergement dans les années 2010 : redéfinir la notion de temps et d’immédiateté dans un secteur qui a longtemps été plombé par les lourdeurs administratives et le conformisme. Comme si l’argent devait être compliqué pour être bien géré. 

Aujourd’hui, les choses s’arrangent bien sûr. La révolution numérique est passée par là et de nouveaux acteurs aux méthodes innovantes sont apparues (Lydia en tête). Mais pour nous, cela ne va pas encore assez vite et c’est ce que nous voulons changer pour de bon, tout en restant fidèle à nos valeurs. Et continuer à rendre simples des choses qui paraissaient impossibles.

L’illustration en début d’article vous a plu ? Pour marquer le coup à l’occasion de cette levée de fonds, nous avions à cœur de remercier ceux qui font avancer Lydia au quotidien – les Lydians – en leur offrant un souvenir retraçant l’histoire de l’entreprise, depuis l’origine de son nom à son nouveau statut de licorne. Le tout sous la forme d’une œuvre d’art numérique distribuée en édition unique à chaque collaborateur, grâce à la technologie NFT. Si vous voulez en savoir plus sur ce projet, vous trouverez tous les détails ici.

Partager

Vous aimerez aussi